Autres catégories

17 Juin 2022 – Economie, éducation et social au menu des quotidiens marocains


APA-Rabat (Maroc) – Le secteur de la logistique, le chantier de l’éducation et le problème des gardiens de voitures au Maroc sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce vendredi.

+Aujourd’hui le Maroc+, qui s’attarde sur le secteur de la logistique au Maroc, écrit que la logistique et l’industrie « vont de pair », étant donné que le domaine de la logistique fait face pratiquement à la même situation de l’industrie.

Le Maroc mène actuellement une véritable politique pour le renforcement du “Made in Morocco” afin de limiter la dépendance vis-à-vis des marchés étrangers, mais les efforts en matière industrielle “doivent être complétés par une stratégie solide dans le domaine de la logistique”.

Car toute politique industrielle est “vouée à l’échec” en l’absence d’un accompagnement sur le plan logistique, explique-t-il.

Aujourd’hui, il est grand temps d’adapter les politiques à la fois logistique et industrielle pour atteindre les résultats escomptés, suggère-t-il.

+L’Opinion+, qui aborde le chantier de l’éducation, écrit que peu après son intronisation, le Roi Mohammed VI avait clairement montré l’importance que revêt le chantier de l’éducation au Maroc, la plaçant comme seconde priorité nationale après l’intégrité territoriale.

Un choix qui s’impose naturellement étant donné que l’éducation demeure une pierre angulaire dans la consécration de valeurs sociales, tout comme elle est et restera le précieux sésame de la prospérité économique, explique le quotidien.

Vingt-deux ans plus tard, les fruits de cette vision ont mûri, ses effets sur la société sont perceptibles et son impact sur l’économie nationale se reflète sur les méga-projets installés dans le Royaume, qui n’épargnent aucun secteur, sans oublier l’afflux massif des investisseurs qui voient en le Maroc un hub continental, synonyme de prospérité économique, constate-t-il.

Et aujourd’hui, un nouveau cap est fixé avec un Nouveau Modèle de Développement qui vise à favoriser un renouveau pédagogique pour remédier aux lacunes des années passées, de sorte à doter le pays d’un capital humain épanoui, capable d’innover et de produire de la valeur ajoutée, ajoute-t-il.

+L’Economiste+, qui aborde le problème des gardiens de voitures au Maroc, écrit que “l’Etat doit agir vite pour libérer nos rues” de ces gardiens qui, au Maroc, “font la loi, profitant des trous de la réglementation et, parfois, du laisser-aller de l’administration », déplorant que les autorités soient “incapables de stopper l’hémorragie”, malgré les “multiples appels” à remettre de l’ordre dans cette activité.

Ce métier, considéré comme un filet social pour une catégorie ne disposant ni de formation ni de travail stable, dont une bonne partie est passée par la case prison, s’est transformé en “véritable menace” pour les citoyens, dénonce le journal.

Il estime “urgent” d’en finir avec cette “impunité”, à travers “une réglementation claire, fixant les conditions d’exercice, assortie de puissants mécanismes de contrôle et de sanction”.

HA/APA











Lien de la source

improve alexa rank improve alexa rank Buy Website Traffic Increase Alexa Rank improve alexa rank Buy Website Traffic Buy Website Traffic