Autres catégories

46 soldats ivoiriens détenus au Mali : Abidjan saisit la CEDEAO


APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – L’Etat de Côte d’Ivoire demande la tenue, dans les meilleurs délais, d’une réunion extraordinaire des chefs d’Etats et de gouvernement de la Cedeao pour examiner la crise avec le Mali en vue de la libération de ses soldats.

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Amadou Coulibaly, a déclaré mercredi à l’issue d’un Conseil des ministres que « la Côte d’Ivoire avait saisi la Cedeao en vue d’une réunion extraordinaire des chefs d’Etat (de l’organisation) sur la situation » des 46 soldats ivoiriens encore détenus au Mali.

Lors d’une réunion du Conseil national de sécurité ce jour, au palais présidentiel, le chef de l’Etat Alassane Ouattara a instruit officiellement la ministre des Affaires étrangères afin de « saisir la Commission de la Cedeao », une démarche visant à aboutir à la libération des 46 soldats « dans les plus brefs délais ».

La justice malienne a inculpé le 15 août 2022 les 49 militaires ivoiriens détenus à Bamako pour tentatives d’atteinte à la sécurité de l’Etat. Après des contacts avec les officiels maliens trois soldates ivoiriennes ont été libérées et ont regagné la Côte d’Ivoire le 3 septembre 2022.

« Le 9 septembre 2022, alors que l’on s’entendait à la libération prochaine des 46 autres soldats, dont l’arrestation était considérée par le Mali comme une affaire judiciaire, les autorités maliennes ont demandé qu’en contrepartie de la libération de ces 46 militaires, la Côte d’Ivoire extrade vers le Mali des personnalités qui selon (Bamako) bénéficient de la protection de la Côte d’Ivoire pour déstabiliser le Mali », indique la déclaration du Conseil national de sécurité.

Pour Abidjan, cette demande confirme une fois de plus le fait que ses soldats « ne sont en aucun cas des mercenaires mais plutôt des otages ». Le Conseil national de sécurité présidé par le président Alassane Ouattara considère ce « chantage inacceptable et exige la libération sans délai » des 46 soldats détenus.

Le Conseil national de sécurité rappelle que les opposants politiques étrangers vivant en Côte d’Ivoire sont tenus, selon les dispositions légales ivoiriennes, d’« observer en toute circonstance un devoir de réserve absolu concernant les affaires intérieures de leur pays d’origine ».

Quarante-neuf (49) militaires ivoiriens avaient été arrêtés le 10 juillet 2022 à Bamako. Trois soldates ont été ensuite libérés pour raison « humanitaire ». La Côte d’Ivoire affirme qu’ils ont été déployés au Mali en qualité de 8e détachement de l’élément de soutien national au sein de la Minusma.

AP/APA











Lien de la source

improve alexa rank improve alexa rank Buy Website Traffic Increase Alexa Rank improve alexa rank Buy Website Traffic Buy Website Traffic