improve alexa rank improve alexa rank
Actualités, Avis de décès, Insolite

Abobo: une nouveau-née laissée pour mort par des sages-femmes

Abobo: une nouveau-née laissée pour mort par des sages-femmes

A peine l’opinion nationale est-t-elle en train de se remettre du choc des décès par négligence coupable de deux jumeaux, nouveau-nés au CHU de Cocody, qu’un autre scandale vient éclabousser le système sanitaire Ivoirien.

Celui qui en informe la rédaction d’Ivoirtv.net ce Mercredi 14 Avril, c’est Gabo Lévy, l’infortuné père, dont la fille est passée de vie à trépas, dans les conditions les plus abjectes, d’un point de vue déontologique sur le plan médical.

Revenant sur cette journée fatidique du Dimanche 11 Avril 2021, Gabo Levy, l’esprit remonté nous relate les faits qui ont conduits à la disparition tragique de son bébé nouveau-née. Il est encore tôt ce 11 Avril au matin, quand sa femme se tord de contractions. Lévy ne perd pas de temps.

Il fait tout de suite appel à sa belle-mère, qui se rend promptement au domicile du couple, à Abobo PK 18. Direction, la maternité d’Abobo-Agoueto. Sous le coup de 11 heures, Lévy reçoit un appel de l’hôpital. On lui apprend que la fille que vient d’accoucher sa femme, est décédée. Ce malheur, il ne s’y attendait pas. Il doit tout de même assumer son rôle de père.

Voir les images dans l’appli et economisez jusqu’à 80% de data

Autour de 15 heures, il rejoint sa femme et sa belle-mère à l’hôpital. Toujours selon la version qu’il nous rapporte, les sages-femmes lui indiquent le corps de l’enfant enveloppé depuis 11 heures du matin et supposé être sans vie. Le moment est venu pour lui d’entamer les procédures nécessaires pour l’enterrement de sa fille. Sorti de l’hôpital, il tient quand même à voir le corps de sa fille. Et là, c’est la stupéfaction totale! L’enfant respire encore.

Elle se débat pour s’accrocher de toutes ses forces à la vie. Son premier réflexe, est de retourner crier sa colère aux visages des sages-femmes. Ce qu’elles lui auraient dit, ne fait qu’en rajouter à la rage qui l’anime.

Refusant d’admettre s’être rendues coupables d’une faute professionnelle d’une gravité extrême, elles lui auraient alors rétorquées que le fait que l’enfant respire encore, relève d’un miracle divin. Naturellement que Lévy ne s’en laisse pas du tout convaincre. Il débarque, le corps de sa fille en mains, au CHU de Treichville.

Le spécialiste en pédiatrie qui prend son cas en charge, place sa fille sous assistance respiratoire. Malheureusement, la fillette ne franchira pas le seuil du 12 Avril, puisqu’elle rend l’âme autour de 23 heures. Quand le père y retourne, il fait cette fois le constat de la mort effective de l’enfant. Depuis, c’est la consternation au domicile des Gabo à Abobo.

Personne ne réalise encore ce qui s’est passé, et surtout comment un nouveau-né ait pu être emballée vivante pendant des heures, sans que la chance n’ait jamais été donnée à sa mère de l’allaiter.

En attendant d’avoir plus de détails sur les circonstances du décès de cette nouveau-née, ce scandale, s’il se déclinait tel que rapporté par le père de l’enfant, serait la preuve implacable du manque de conscience professionnelle dans les services de santé publics Ivoiriens, régulièrement critiqués pour leur gestion méprisante des patients.

Laisser un commentaire

improve alexa rank
%d blogueurs aiment cette page :