Actualités

Affaire militaires ivoiriens : à l’Onu, le Mali exprime son désaccord à Guterres


Le Premier ministre par intérim du Mali a la tribune de l’ONU ce samedi 24 septembre 2022 a exprimé son désaccord à Guterres dans l’affaire des militaires ivoiriens.

La sortie du Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur le groupe des 49 militaires ivoiriens arrêtés au Mali, le 10 juillet, et inculpés à la mi-août par la justice pour « tentative d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État » avant d’être formellement écroués, n’a pas été du goût du pouvoir de Bamako.

« L’amitié reposant sur la sincérité, souffrez que je vous exprime mon désaccord suite à votre récente sortie médiatique, au cours de laquelle prenez position et vous vous exprimez sur l’affaire des 46 mercenaires ivoiriens, qui est une affaire bilatérale et judiciaire, entre deux pays frères. C’est évident, que la qualification judiciaire des infractions liées à cette affaire ne relève pas des attributions du Secrétaire Général des Nations Unies », a déclaré le Colonel Abdoulaye Maïga.

LIRE AUSSI: Incendie à San Pedro: une quincaillerie ravagée par le feu

Le Premier ministre par intérim du Mali s’exprimait à l’occasion de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations unies qui se tient actuellement à New York.

Lors d’une interview à RFI et France 24 diffusée le dimanche 18 septembre, M. Guterres a assuré que les soldats ivoiriens ( trois ont été libérés) n’étaient pas des « mercenaires ». 

« Au Mali, notre administration ne travaille pas sur la base de l’oralité, ni des déclarations par presse, par conséquent, nous nous en tenons scrupuleusement à la Note Verbale de la MINUSMA, référence : MINUSMA/PROT/NV/226/2022 du 22 Juillet dans laquelle, il ressort clairement qu’il n’existe pas de liens entre les 46 mercenaires et les Nations Unies », a répondu le Premier ministre par intérim.

LIRE AUSSI : Situation sécuritaire au Burkina: les Burkinabè vivant aux Etats-Unis veulent des créneaux pour apporter leurs contributions

Pour le successeur de Choguel Maïga, « les récentes synchronisations des actions et l’harmonisation des éléments de langage consistant à faire passer le Mali du statut de victime à celui de coupable dans cette affaire des mercenaires, sont sans effets ».

De la même manière que n’importe quel Etat aurait refusé « que des militaires ayant dissimulé leurs identités, en mettant sur leurs passeports qu’ils sont peintres, maçons etc…avec des armes, débarquent dans leur aéroport, le Mali non plus ne l’acceptera pas en tant qu’Etat et ce ne sera pas non plus possible à Bamako ou dans une autre localité malienne », a-t-il averti.

LIRE AUSSI: Rapport : la Côte d’Ivoire se positionne comme un pôle d’investissement majeur en Afrique de l’Ouest

Le chef du gouvernement malien a, par ailleurs, indiqué que son pays a pris acte de la menace de sanctions brandie par les chefs d’Etat Cédéao lors du sommet tenu jeudi 22 septembre au soir à New York, en marge de la 77e Assemblée générale de l’Onu.

« Loin d’être impressionné par des sanctions, je voudrais signaler au Président en exercice de la Cédéao, qu’à la fin de son mandat, les peuples ouest-africains le jugeront sur les efforts qu’il a fournis pour améliorer les conditions de vie des populations et non des show médiatiques servant des agendas étrangers », a-t-il dit.





Source link

improve alexa rank improve alexa rank Buy Website Traffic Increase Alexa Rank improve alexa rank Buy Website Traffic Buy Website Traffic
%d blogueurs aiment cette page :