Autres catégories

Afrique de l’Ouest : plaidoyer pour l’autonomisation des femmes


APA – Dakar (Sénégal) Par Oumar Dembélé – La discrimination des femmes est « économiquement inefficace », selon le directeur exécutif du Consortium pour la recherche économique et sociale (Cres) du Sénégal.

Dans les sociétés ouest-africaines, les tâches ménagères sont traditionnellement dévolues à la femme. Elle accomplit des « travaux domestiques non rémunérés » alors que son autonomisation est pourtant un moyen « efficace » pour lutter contre la pauvreté qui sévit dans cette région. Conscient de ces « enjeux », le Consortium pour la recherche économique et sociale (Cres) a convié, mercredi 26 octobre à Dakar, plusieurs experts à un colloque international sur l’autonomisation économique des femmes en Afrique de l’Ouest.

Démographiquement parlant dans cette région, les femmes « constituent la majorité », explique le directeur exécutif du Cres, Pr Abdoulaye Diagne. Malgré cette ascendance statistique, elles « sont confrontées à beaucoup de contraintes » liées à la « discrimination sexiste », à la « répartition disproportionnée des ressources dans les ménages » et à l’insertion professionnelle. En plus de tout cela, elles assument chez elles des responsabilités inhérentes à la « collecte de l’eau », un labeur souvent à l’origine de conséquences négatives sur leur santé.

Si ces habitudes sont ancrées dans les sociétés africaines, il n’en demeure pas moins que « la discrimination des femmes est économiquement inefficace », souligne le professeur Diagne, citant des « preuves solides ». « Travailler avec les femmes relève du bon sens des affaires. C’est une voie efficace à l’économie durable », insiste le directeur exécutif du Cres, estimant que les femmes s’occupent en retour de leurs familles et ménages lorsqu’elles sont « économiquement autonomes ».

« Réduire le fardeau domestique »

Partenaire principal du Cres dans l’organisation de ce colloque, le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) du Canada s’investit beaucoup dans l’autonomisation des femmes sur le continent. En Afrique de l’Ouest, il a porté son « attention sur six projets qui favorisent » l’indépendance économique des femmes, selon son président Jean Lebel. L’objectif de ces différentes actions est de « réduire le fardeau domestique non rémunéré » de cette couche vulnérable.

Toutefois, les inégalités citées précédemment représentent « la face visible de l’iceberg », signale Ngoné Diop, directrice du bureau ouest-africain de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), faisant ainsi référence aux « inégalités de genre » qui sont souvent peu évoquées. « Omniprésentes » dans plusieurs secteurs d’activités, les femmes souffrent d’un manque de valorisation et d’une absence de rémunération « à leur juste valeur ». Par conséquent, « 435 millions de pauvres » actuellement dans le monde sont des femmes et une bonne partie se trouve en Afrique de l’ouest, a-t-elle déploré.

Dans ces circonstances, « l’impératif » de leur autonomisation économique « relève » des « droits humains » parce que celle-ci « contribuerait » même « à la croissance économique de deux à trois pour cent », a expliqué Mme Diop. Elle invite dès lors les gouvernements des pays ouest-africains à « mettre en œuvre des politiques efficaces » pour que les femmes puissent saisir les « opportunités » économiques, comme dans le cadre du projet de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

En dehors des inégalités économiques, la pandémie de Covid-19 a « montré que les femmes subissent le plus l’impact des crises que les hommes » mais aussi « le besoin de soins qui fait tant défaut sur le continent », a relevé pour sa part Florence Raes, directrice intérimaire du bureau régional de ONU Femmes pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Au cours de cette crise sanitaire, elles étaient nombreuses à « faire des choix difficiles » entre leur emploi et leurs responsabilités ménagères.

Pour une participation des femmes à la Zlecaf

Après avoir suivi un film documentaire sur l’autonomisation des femmes dans une localité du nord du Sénégal, Mme Raes note que « l’économie verte » peut permettre aujourd’hui aux femmes de « s’épanouir et créer des richesses » même si elle plaide pour leur non cantonnement dans des mécanismes « microéconomiques ».

Lui emboîtant le pas, la commissaire en charge du développement humain et des affaires sociales de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cedeao), Pr Fatou Sow Sarr, estime que « l’autonomie économique permet d’aller vers l’autonomie politique ». Pour cela, « les politiques publiques doivent changer de paradigmes et de perspectives ».

Comme pour répondre à cette militante sénégalaise de la cause féminine, le secrétaire général du ministère sénégalais de la Femme, de la Famille et de la Protection des enfants, Mame Ngor Diouf, note que son pays « reste attaché » aux droits humains et à la lutte contre les « injustices sociales » pouvant impacter les femmes. Le Sénégal « dispose aujourd’hui d’un cadre protecteur des femmes au plan juridique et politique ». Elles sont prises en compte dans « tous les axes stratégiques » des politiques publiques exprimées à travers le Plan Sénégal Emergent (PSE) du président Macky Sall, a-t-il fait savoir.

ODL/te/APA











Lien de la source

improve alexa rank improve alexa rank Buy Website Traffic Increase Alexa Rank improve alexa rank Buy Website Traffic Buy Website Traffic