Autres catégories

Côte d’Ivoire: Décès du journaliste Max Guédé, un professionnel rigoureux (témoignages)


)

Le monde des médias ivoiriens est en deuil. Max Guédé, ancien journaliste de la Télévision nationale Première chaîne, Guédé Prégnon Luc à l’état civil, a rendu l’âme dans la nuit du jeudi 17 mars 2022, à Abidjan.

Selon son confrère et ami Clovis Séwa, « Max Guédé, reporter polyvalent, avait fait le choix, de rester hors-antenne, enrichissant les journaux télévisés de reportages de haute qualité. Cadreur au début de sa carrière, il avait construit son perfectionnisme légendaire sur sa parfaite complicité avec ses collègues du montage vidéo ».

Clovis Séwa

L’illustre disparu était un « confrère jovial que son militantisme politique assumé n’empêchait pas d’être un professionnel rigoureux », retient le président du Cénacle des Journalistes séniors de Côte d’Ivoire, Lucien Houédanou.

Lucien Houédanou.

Ce que confirme Jean Baptiste Akrou, ancien patron de Fratmat : « Adieu, Max. Encarté, estampillé FPI, tes reportages sur les autres partis politiques ou les activités des ministres étaient marqués du sceau de l’honnêteté pro-fes-sion-nelle ».

Jean Baptiste Akrou

Pour sa part, affligé par la disparition de Max Guédé, Yao Noël, le président du Conseil des sages de l’UNJCI n’a pu s’empêcher de rendre un hommage à l’un de ses amis. « Yako à tous pour le décès de mon vieil ami Max Guédé Prégnon, sympathique, chaleureux, aimable. Souvenirs émus de notre historique voyage aux Etats-Unis, invités tous deux du gouvernement fédéral américain en octobre 1987. Repose en paix mon kakatwa, ainsi que nous nous appelions en souvenir aussi d’une mission dans le Sud-Ouest ivoirien, notamment à Sassandra. Ma douleur est grande ».

Yao Noël

Max Guédé est resté longtemps malade après sa retraite. Il avait été frappé d’un accident vasculaire cérébral dont il supportait difficilement les séquelles. « Nous avions été alertés, il y a deux ans, par Olivier Yro, sur la dégradation de l’état de santé de Max, au moment où nous étions en train de mettre en place le Cénacle des journalistes séniors de Côte d’Ivoire. Spontanément, nous nous étions mobilisés pour aller lui rendre visite et lui manifester notre solidarité. Max avait été très réconforté d’être entouré de ses anciens collègues et confrères, parmi lesquels Albéric Niango Agbassi, Zio Moussa, Clovis Séwa et Lucie Attikpa Tétégan. Il était très sévèrement handicapé par la maladie », confie encore le président du Cénacle.

« Max était mon promotionnaire du Cesti, l’école de journalisme de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (promo 1976-1979) », se souvient Lucie Attikpa Tétégan. « C’est depuis ce temps que Max se signalait par sa fameuse veste qui ne le quittait plus. La veste sur l’épaule, le sourire, la démarche et cet air de l’homme toujours sur le départ ». « Les pas toujours pressés, confirme Alfred Dan Moussa. Toujours le sourire aux lèvres. Toujours chaleureux « .

Alfred Dan Moussa

Max Guédé Prégnon rejoint dans l’au-delà son épouse, qui l’a précédé il y a quelques mois de cela. Leur fille Audrey devient ainsi orpheline de père et de mère. Que l’âme du disparu repose en paix.

Junior Jeremy





Lien de la source

improve alexa rank improve alexa rank Buy Website Traffic
%d blogueurs aiment cette page :